Les outils indispensables à vos travaux de bricolage

septembre 17th, 2013

L’été est là et vous avez très envie de bricoler chez vous. Quoi de plus normal ? Il fait beau, vous avez pris quelques jours de congés et vous pensez sérieusement à refaire votre terrasse pour y accueillir vos amis et partager un barbecue avec eux.

Les outils indispensables aux travaux quotidiens

Un marteau, des tournevis, des clés et une pince sont au minimum ce que vous devez avoir chez vous. Si vous n’êtes pas un grand adepte du bricolage, le marteau usuel de mécanicien devrait faire l’affaire, à moins que vous ayez prévu d’abattre un mur, auquel cas il est préférable d’utiliser une masse !

Pour tous vos travaux en rapport à l’électricité, il vous faut impérativement un tournevis isolant. Vous pouvez l’acheter avec un jeu d’embouts (type et taille différents) vous permettant d’alterner selon vos besoins.

Une pince coupante et une pince multiprise (type tenaille) viendront compléter votre boite à outils pour venir à bout du clou enfoncé de travers ou couper un fil électrique trop long.

En plus de cet outillage de première nécessité, n’oubliez pas que vous aurez forcément besoin également de pointes, de vis, d’un mètre et d’un niveau. Prenez des pointes et des vis de taille et de grosseur différentes afin d’être sûr d’avoir le bon calibre.

Les outils plus techniques

Vous visez beaucoup plus loin que la simple réparation de tuyau qui fuit ? Dans ce cas, pensez au marteau perforateur qui vous permettra de venir à bout de la pierre, de la brique ou du béton.

La perceuse visseuse est également un allié non négligeable, surtout pour les personnes qui n’ont pas trop l’habitude de bricoler. En un tour de main, vous aurez terminé vos travaux sans même avoir eu le temps de souffler !

Pour ceux qui veulent donner un coup de neuf à leur maison, il existe également d’autres outils tels que la décolleuse permettant d’ôter le vieux papier peint à fleurs du salon. Vous pourrez ensuite repeindre vos murs aux nouvelles couleurs tendance, en utilisant un pistolet à peinture.

Enfin, une scie sauteuse vous fera gagner un temps précieux lorsqu’il s’agira de couper les lames du revêtement stratifié de couleur chêne blanchi que vous venez d’acheter pour votre salon.

Dernière recommandation avant le début des travaux : n’oubliez pas que la meilleure caisse à outils du parfait bricoleur est celle qu’il se constitue lui-même. Allez en magasin, prenez les objets dans vos mains, testez-les et choisissez ceux qui vous correspondent !

Bien choisir son robot de piscine

septembre 10th, 2011

Particulièrement agréable en été, la piscine nécessite toutefois, pour rester agréable à utiliser, un entretien extrêmement rigoureux, dans la mesure où celui-ci s’accompagne d’un certain nombre d’opérations à effectuer quotidiennement, hebdomadairement et annuellement. Afin de simplifier ces travaux, certains fabricants de matériel proposent aujourd’hui des dispositifs, appelés robots de piscine, offrant la possibilité de disposer d’une aide précieuse dans la réalisation de ces nombreuses tâches d’entretien.

Pouvant dérouter, au premier abord, le nombre important de modèles proposés rend le choix difficile, même si certains critères, tels que la puissance et la surface traitée, doivent être plus particulièrement pris en compte afin d’apporter les meilleures performances. La qualité du service après-vente, se révèle être également particulièrement importante ici, dans la mesure où, en l’absence de l’appareil, l’entretien de la piscine devra être réalisé à la main.

Adoptant trois modes de fonctionnement différents, les robots de piscine peuvent se brancher directement sur le système de filtrage du bassin afin de puiser leur énergie de celui-ci et d’utiliser le système de pré-filtre de la pompe pour l’évacuation des déchets, les robots équipés d’un surpresseur nécessitent, quant à eux, un apport d’énergie réalisé par le système de filtrage et utilise le filtre de la piscine pour éliminer l’ensemble des éléments récoltés. À ces deux types d’appareils, viennent s’ajouter les robots électriques qui, totalement autonomes du reste de l’installation, offrent une grande polyvalence mais restent toutefois limités à une profondeur maximale de trois mètres.

Particulièrement utiles, les robots de piscine nécessitent un entretien rigoureux, passant notamment par leur révision, par un professionnel, tous les deux ans, et le changement de leur brosse, de manière annuelle, ces opérations permettant de garantir une efficacité maximale lors des différents nettoyages effectués.

Raccorder un lave linge

septembre 2nd, 2011

Réaliser soi-même la pose d’un lave-linge
Devenus particulièrement courants aujourd’hui, les lave-linges nécessitent la réalisation de travaux spécifiques pour leur utilisation, consistant notamment dans l’installation d’une alimentation en eau, d’une évacuation et d’une prise électrique. Si, autrefois, la mise en place de ces aménagements relevait d’un certain nombre d’opérations particulièrement complexes, désormais, grâce à l’utilisation de robinets autoperceurs, une telle tâche peut être réalisée par tous.

Une fois l’emplacement du lave-linge déterminé, il convient alors de procéder à la mise en place de l’alimentation en eau. Afin d’éviter tout risque d’inondation, il est indispensable de commencer par couper l’arrivée d’eau, avant de vidanger la canalisation sur laquelle va être implantée la future installation. Une fois ce travail accompli, il est enfin possible de poser le robinet autoperceur, après avoir décapé la zone concernée.
Pour garantir l’évacuation correcte des eaux usées, il est également nécessaire de mettre en place une évacuation, prenant la forme d’un tube de PVC placé verticalement, d’une longueur approximative d’un mètre, celle-ci devant être, elle-même, raccordée à une installation préexistante, afin d’assurer le bon fonctionnement du lave-linge et d’écarter tout risque d’inondation dans la pièce où celui-ci se trouve placé.

Pour ce qui concerne l’alimentation électrique, le lave-linge doit alors bénéficier d’une prise de 16 ampères, exclusivement dédiée à celui-ci et située à une distance minimum d’un mètre de l’alimentation en eau, afin d’éviter tout risque de court-circuit et d’incendie, lié à une éventuelle fuite d’eau.
Lorsque tous ces aménagements ont été effectués, il est à présent temps de mettre en service le lave-linge et de profiter des nombreux avantages apportés par l’utilisation de cet appareil électroménager.

Comment choisir et entretenir un jacuzzi ?

août 25th, 2011

Très en vogue, à l’heure actuelle, les jacuzzi, présents dans tous les centres de remise en forme, peuvent aussi prendre place au domicile des particuliers, garantissant à leurs propriétaires des moments de détente incomparables, l’eau, additionnée d’huiles essentielles, permettant de retrouver les bienfaits des eaux marines utilisées dans ces établissements spécialisés.

L’installation d’un tel équipement requiert cependant quelques précautions et notamment le recours à une surface parfaitement plane, à proximité, qui plus est, d’une alimentation électrique et d’une arrivée d’eau. La matière de la bassine choisie doit aussi correspondre parfaitement au goût de l’acquéreur qui doit y prêter une attention particulière, tandis que l’isolation doit, quant à elle, être composée, de préférence, de mousse polyuréthane, plutôt que de tout autre produit, celle-ci offrant une résistance supérieure.

L’entretien du jacuzzi nécessite aussi une certaine minutie ; ainsi, les produits, composés de chlore, d’oxygène actif ou de brome, et réservés à cet usage exclusif, doivent, par exemple, être placés dans un diffuseur, et non directement dans l’eau, leur niveau devant aussi faire l’objet d’une vérification quotidienne, de la même manière que le pH, maintenu à un niveau compris entre 7 à 7,5.

Si l’eau ne peut être changée que tous les deux à trois mois, en fonction du nombre de bains pris, il convient, en revanche, de s’assurer, chaque semaine, de la propreté du système de filtration. Le bon état du réchauffeur thermique pouvant, pour sa part, n’être contrôlé qu’une fois par an pour déceler, cette fois-ci, une éventuelle corrosion risquant d’entraîner quelques dysfonctionnements.

Installer un judas de porte

août 20th, 2011

Le fait d’ouvrir une porte d’entrée, sans savoir qui se trouve derrière, représente un certain risque, l’installation d’un judas de porte peut alors tout à fait remédier à ce genre de problèmes, celui-ci permettant de voir la personne qui a frappé, avant de la laisser entrer. La mise en place de ce dispositif est assez simple et ne requiert pas de compétences particulières.

S’adaptant, en effet, à toutes les épaisseurs de portes, ceux-ci pouvant aller de 25 à 85 millimètres, les judas permettent également de choisir l’angle de vision souhaité, entre les quatre différents proposés, 132°, 160°, 180° ou encore 200°.

Une fois choisi, celui-ci peut alors être posé, au milieu de la porte et à une hauteur adaptée à chacun des occupants du logement. Il convient ainsi, après avoir marqué l’emplacement exact, de percer le support, de part en part, à l’aide d’une perceuse équipée d’un foret de 12 à 13 millimètres de diamètre, en prenant soin, dès lors que la mèche commence à apparaître de l’autre côté, de terminer le perçage dans l’autre sens, afin de ne pas endommager le bois en le faisant éclater.

La première partie du cylindre du judas peut enfin être introduite dans le trou ainsi créé tandis que la seconde vient se visser dessus, à la main tout d’abord, puis au moyen d’un gros tournevis plat pour finir le serrage, sans trop forcer toutefois. Cette dernière étape nécessite, bien entendu, d’avoir préalablement repéré le sens de vision pour pouvoir utiliser cet accessoire dans de bonnes conditions.

Poser des tomettes sur une chape a l’ancienne

août 14th, 2011

Ayant regagné aujourd’hui leurs lettres de noblesse, les tomettes sont désormais perçues comme un élément de décoration particulièrement important pour donner une ambiance traditionnelle à une habitation. Pouvant provenir de la récupération d’anciens matériaux ou bien encore être neuves, les tomettes se posent de différentes manières, la plus anciennement utilisée et aussi la plus écologique étant toutefois la pose sur un lit de sable.

Avant toute autre opération, dans le cas où les tomettes proviennent d’une ancienne construction, il convient alors de procéder à leur nettoyage, afin de s’assurer du bon résultat final, étape pour laquelle il convient de laisser tremper celles-ci durant environ une semaine dans une dilution à 5 % d’acide chlorhydrique pour les nettoyer ensuite à l’aide d’un chiffon et vérifier leur bon état.

Une fois ce travail terminé, il faut alors préparer le sol pour la pose à proprement parler, cette opération nécessitant alors l’installation de tasseaux de bois, destinés à guider la règle de maçon afin de déposer une couche, composée 75 % de sable et de 25 % de chaux, parfaitement horizontale, d’environ trois centimètres d’épaisseur.

Lorsque cette base est prête, il convient alors de procéder à l’installation des tomettes nécessitant de mettre en place une surface d’un mètre carré de ce matériau avant d’en contrôler le niveau, les tomettes dépassant pouvant être alors ajustées à l’aide d’un maillet en caoutchouc, avant de procéder au blocage de celles-ci, en tapotant sur l’ensemble toujours à l’aide de ce même instrument.

Des joints doivent ensuite venir solidariser chacun des carreaux, les uns aux autres. Composé d’un seau de sable tamisé et de trois poignées de chaux, ce mélange de jointoiement, réparti sur toute la surface et arrosé à raison de deux litres d’eau par mètre carré, doit être nettoyé à l’aide d’une éponge en veillant bien à ce que celui-ci pénètre dans tous les interstices, l’opération s’achevant par trois autres passages de serpillière.

Afin de procurer une certaine protection au revêtement ainsi réalisé, il est aussi possible de procéder, une fois celui-ci complètement sec, à l’application d’un imperméabilisant.