Toute installation électrique nécessite le respect de normes bien précises, afin d’assurer la sécurité du logement et de ses occupants, et doivent faire l’objet d’une grande attention tant au niveau du tableau électrique, que des fils, ou encore des pièces d’eau.

Ainsi, pour ce qui concerne le tableau électrique celui-ci doit présenter un disjoncteur, facile d’accès et permettant de couper aisément l’arrivée du courant de toute l’habitation, dans le cas de la réalisation de travaux ou lors de la survenue d’un incident. Relié lui-même à une prise de terre, protégée par un disjoncteur différentiel, les fusibles coupe-circuit, équipant également ce tableau électrique, sécurisent, quant à eux, une ligne, de manière individuelle, leur capacité devant être adaptée au rôle qu’ils tiennent, un ampérage plus important s’avérant être, bien entendu, nécessaire lorsqu’il s’agit d’un circuit alimentant une prise plutôt qu’un éclairage.

Pour ce qui est des pièces d’eau, il convient ici de veiller particulièrement aux distances et aux volumes. Le volume 0, représenté par une douche ou par une baignoire, ne peut contenir aucune prise ni aucun appareil électrique ; dans le volume 1, seule un chauffe-eau, abrité des projections d’eau, peut être installé ; le volume 2 peut accueillir certains appareils de chauffage ou d’éclairage, de classe II et porteur de l’emblème NF, à condition que ceux-ci soient positionnés à au moins 60 centimètres de la douche ou de la baignoire ; le volume 3 autorise, pour sa part, la présence d’interrupteurs et de prises, ainsi que d’appareils, de type lave-linge ou sèche-linge, de classe I et marqué NF. La salle de bains est également le lieu où doit être prévue une liaison « équipotentielle », reliant l’ensemble des éléments métalliques de la pièce à la prise de terre.