Ayant regagné aujourd’hui leurs lettres de noblesse, les tomettes sont désormais perçues comme un élément de décoration particulièrement important pour donner une ambiance traditionnelle à une habitation. Pouvant provenir de la récupération d’anciens matériaux ou bien encore être neuves, les tomettes se posent de différentes manières, la plus anciennement utilisée et aussi la plus écologique étant toutefois la pose sur un lit de sable.

Avant toute autre opération, dans le cas où les tomettes proviennent d’une ancienne construction, il convient alors de procéder à leur nettoyage, afin de s’assurer du bon résultat final, étape pour laquelle il convient de laisser tremper celles-ci durant environ une semaine dans une dilution à 5 % d’acide chlorhydrique pour les nettoyer ensuite à l’aide d’un chiffon et vérifier leur bon état.

Une fois ce travail terminé, il faut alors préparer le sol pour la pose à proprement parler, cette opération nécessitant alors l’installation de tasseaux de bois, destinés à guider la règle de maçon afin de déposer une couche, composée 75 % de sable et de 25 % de chaux, parfaitement horizontale, d’environ trois centimètres d’épaisseur.

Lorsque cette base est prête, il convient alors de procéder à l’installation des tomettes nécessitant de mettre en place une surface d’un mètre carré de ce matériau avant d’en contrôler le niveau, les tomettes dépassant pouvant être alors ajustées à l’aide d’un maillet en caoutchouc, avant de procéder au blocage de celles-ci, en tapotant sur l’ensemble toujours à l’aide de ce même instrument.

Des joints doivent ensuite venir solidariser chacun des carreaux, les uns aux autres. Composé d’un seau de sable tamisé et de trois poignées de chaux, ce mélange de jointoiement, réparti sur toute la surface et arrosé à raison de deux litres d’eau par mètre carré, doit être nettoyé à l’aide d’une éponge en veillant bien à ce que celui-ci pénètre dans tous les interstices, l’opération s’achevant par trois autres passages de serpillière.

Afin de procurer une certaine protection au revêtement ainsi réalisé, il est aussi possible de procéder, une fois celui-ci complètement sec, à l’application d’un imperméabilisant.