Archive for the ‘Revetements muraux’ Category

Poser facilement une moquette murale

samedi, avril 2nd, 2011

Bien qu’aujourd’hui boudée par les décorateurs, la moquette murale offre pourtant quelques avantages particulièrement intéressants, comme, par exemple, sa capacité d’isolation phonique qui en fait un matériau idéal pour l’insonorisation de cages d’escaliers ou de pièces particulièrement bruyantes, celle-ci souffrant cependant d’une grande incompatibilité avec l’humidité, la rendant inutilisable dans les salles de bains. En plus de présenter ces différentes qualités, ce matériau reste relativement facile à poser, son installation pouvant être effectuée, sans difficulté, par des non professionnels.

Afin de réaliser l’ensemble des opérations nécessaires à la pose d’une moquette murale, il convient, tout d’abord, de se munir d’un certain nombre d’outils adaptés, comprenant notamment un cutter, une règle métallique, une brosse et un couteau à enduire. Une fois l’ensemble de ce matériel rassemblé, il est nécessaire de procéder au repérage et à la réparation des éventuelles imperfections du support. Lorsque le mur est prêt, il est alors temps de procéder à la découpe de la moquette, l’aide d’une personne peut alors s’avérer être nécessaire, dans la mesure où il est préférable de présenter le revêtement sur le mur avant de procéder à cette opération, au moyen d’un couteau à enduire et d’un cutter, ceux-ci permettant respectivement de pousser la moquette dans les angles et de la couper le plus aisément possible et au plus juste.

Quand la moquette a été découpée aux dimensions du mur, le moment est venu de procéder à l’encollage uniforme du lé, à l’aide d’une brosse, avant d’appliquer celui-ci contre le mur et de le maroufler, dans le but d’éliminer les éventuelles bulles d’air qui ont pu se former, pour pouvoir procéder ensuite, de la même manière, jusqu’à recouvrir totalement le support.

Installer des fausses poutres en polyuréthane

dimanche, mars 20th, 2011

Que ce soit pour un besoin décoratif ou technique, la pose de poutres en polyuréthane présente un certain nombre d’avantages ; apportant, non seulement, un élément décoratif à la pièce, leur présence offre aussi la possibilité de masquer les câbles et les tuyaux nécessaires à la réalisation de certains réseaux au sein d’une habitation. Particulièrement simples à mettre en place, ces objets nécessitent cependant, lors de leur installation, de prendre un certain nombre de précautions pour obtenir un résultat satisfaisant.

Afin de garantir une bonne fixation au plafond, il convient, avant toute autre réalisation, de procéder au nettoyage de celui-ci ; effectuée, dans un premier temps, à l’aide d’un plumeau et terminée par un lessivage avec un produit d’entretien de type Saint-Marc, cette opération garantit ainsi la meilleure approche possible. Une fois cette tâche accomplie, il est alors important de déterminer précisément l’emplacement de chaque poutre, en veillant notamment à reporter un écart régulier entre celles-ci.

Lorsque tous les repérages ont été réalisés, la coupe des poutres peut débuter, permettant ainsi d’adapter leur longueur à leur futur emplacement, qu’il est indispensable de mesurer avec soin, afin d’obtenir le meilleur ajustage. Découpés, les éléments peuvent enfin être enduits de la colle polyuréthane, prévue à cet effet, et positionnés à leur emplacement définitif. Afin d’assurer le collage, chaque poutre doit, à ce moment-là, être pressée fortement contre le plafond, tout en respectant les consignes fournies par le fabricant.

Quand tous les éléments ont été installés, leur jonction avec le support peut être réalisée au moyen d’un mastic au silicone, permettant ainsi de boucher l’interstice encore visible et d’apporter une finition parfaite à la réalisation.

Les différentes étapes pour laquer un mur

dimanche, mars 20th, 2011

Solution idéale pour les pièces d’eau, le laquage d’un mur requiert une grande délicatesse de la part de la personne qui l’applique, l’ensemble du travail devant être extrêmement soignée pour réussir cette opération assez exigeante.

Avant d’entreprendre la pose en elle-même, il convient, tout d’abord, de préparer la pièce, en couvrant le sol de bâches, afin de le protéger, et en cachant les différents éléments, tels que les interrupteurs, les prises, ou encore les plaintes, à l’aide de ruban adhésif.

Afin d’obtenir le meilleur rendu possible, le support doit être parfaitement lisse, raison pour laquelle il convient d’ôter de l’ancien revêtement, en le décollant, s’il s’agit de tapisserie, et en le ponçant, dans le cas d’une peinture. Si après la réalisation de cette opération, le mur laisse apparaître des parties détériorées, il est alors indispensable de les reboucher au moyen d’un enduit prévu à cet effet et d’un durcisseur de surface, en finissant par une sous-couche d’accrochage garantissant ainsi la bonne tenue du produit déposé ensuite.

Lorsque toutes ces étapes de préparation sont terminées, le moment est alors venu d’ouvrir le pot de laque, de le mélanger en ayant bien vérifié, au préalable, qu’aucun additif ne doit être ajouté à la peinture. L’application en elle-même doit ensuite débuter par les angles et les moulures, avec un pinceau rond, et en étirant au maximum le produit, le reste du support pouvant ensuite être recouvert, avec un rouleau, par des passages croisés successifs, en évitant les sur épaisseur et en étendant le plus possible la laque. Une fois que cette couche a fini de sécher, le mur doit être, à nouveau, poncé et dépoussiéré, avant qu’une seconde application ne soit réalisée, dans les mêmes conditions que la précédente.

Une semaine plus tard, le mur peut enfin accueillir tous les objets de décoration souhaités, offrant ainsi un décor inédit aux propriétaires.

Peindre ses murs en parpaings

dimanche, mars 13th, 2011

Que ce soit dans un sous-sol ou dans un garage, il n’est pas rare de rencontrer dans une habitation des murs laissant apparaître des parpaings bruts, afin d’en améliorer l’aspect et de rendre la pièce un peu plus conviviale, sans toutefois procéder à des dépenses considérables, il reste tout à fait possible de peindre ce type de support, permettant ainsi de bénéficier, sans enlever l’aspect du matériau, à une certaine amélioration esthétique de la construction.

Contrairement à d’autres supports, le parpaing reste un matériau particulièrement poreux, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes lors de l’application d’une peinture sur celui-ci, c’est pourquoi il conviendra d’attacher une importance toute particulière à la qualité des produits utilisés, ainsi qu’à la préparation du support, qui devra, dans un premier temps, faire l’objet d’un nettoyage à l’aide d’un appareil haute pression, afin d’en ôter toutes les petites aspérités qui risquent de se décrocher lors de la mise en place du revêtement.

Afin de garantir la bonne tenue de celui-ci, il convient ensuite de bien laisser sécher les murs, avant de les dépoussiérer si le besoin s’en fait sentir. Afin de limiter au maximum les risques d’incidents, les éléments environnants doivent aussi être protégés, le sol pouvant, par exemple, être recouvert d’une bâche de protection.

Lorsque toutes ces précautions ont été prises, il est alors possible de débuter l’application d’une sous-couche d’accrochage, permettant ainsi d’offrir, à la peinture, un support de meilleure qualité, en vue d’améliorer sa longévité. Pour obtenir le meilleur résultat, il est ensuite conseillé de poser deux couches de peinture, en veillant, à chaque fois, à croiser les sens de passage, ceci permettant d’assurer une répartition uniforme du revêtement.

Réaliser soi-même la pose d’un tissu mural

lundi, février 28th, 2011

Particulièrement à la mode ces dernières années, la pose du tissu mural constitue un bon moyen d’habiller une pièce. Permettant la réalisation de décors originaux, cette solution s’avère être également particulièrement simple à mettre en œuvre, même pour les personnes ne disposant que d’une expérience limitée en la matière.

Ne nécessitant qu’un outillage limité, composé d’un mètre, d’une agrafeuse, d’un niveau à bulles, d’un cutter, d’une règle de maçon et d’un escabeau, cette tâche requiert toutefois une certaine minutie. Pour les murs ne présentant que peu de défauts et permettant un agrafage direct, la tâche se révèle être relativement simple, les murs détériorés ou plus durs, tels que ceux réalisés en béton, exigent, quant à eux, la pose de baguettes de bois destinées à servir de supports de fixation à la toile.

Afin d’obtenir le meilleur résultat possible, il convient alors de porter une attention toute particulière à la structure servant de support, celle-ci déterminant bien souvent la qualité du résultat final. Une fois l’armature mise en place, l’agrafage du molleton peut être fait, en commençant par le milieu du mur à habiller, garantissant ainsi d’obtenir une bonne tension sur l’ensemble de la surface. Pour bénéficier d’une base solide, il est ensuite préférable de fixer, dans un premier temps, le haut du revêtement à l’aide d’agrafes espacées d’environ deux centimètres, avant de fixer le bas de celui-ci, pour finir par les côtés.

La pose du tissu mural, proprement dit, peut enfin débuter, en reprenant la même méthode que précédemment, avant de procéder aux travaux de finition consistant notamment à retirer l’excédent de revêtement et à poser les plinthes et les baguettes, pour rendre l’ensemble plus harmonieux.

Comment peindre du carrelage mural ?

jeudi, février 17th, 2011

Permettant de changer de décor sans faire trop de frais, le fait de peindre le carrelage mural, de la cuisine ou de la salle de bains, apparaît comme le moyen idéal de rénover son intérieur simplement.

Nécessitant quelques produits bien spécifiques, tels qu’un solvant à base d’acétone, une sous-couche spéciale carrelage, de la peinture, glycéro, de préférence, et du matériel plus classique, comme un rouleau à peinture, une éponge ainsi que du ruban adhésif, ce genre de travaux requiert, tout d’abord, une préparation minutieuse du support.

Le dégraissage du carrelage concerné doit donc, dans un premier temps, être réalisé avec de l’acétone avant d’être rincé à grande eau. Afin de s’assurer de la bonne tenue de la peinture il convient ensuite d’y appliquer une sous-couche, au rouleau, y compris sur les joints.

Vingt-quatre heures plus tard, le moment est alors venu de commencer à enduire le carrelage avec la peinture choisie, du ruban adhésif pouvant alors servir à délimiter certaines zones dans le cas où plusieurs couleurs différentes doivent être appliquées. Le lendemain, un second passage peut être effectué sans crainte, la couche précédente étant suffisamment sèche.

Permettant de laisser libre cours à son imagination, peindre du carrelage mural, dans la cuisine ou la salle de bains, offre de nombreuses possibilités de décors variés et totalement personnalisés, garantissant de bénéficier d’un intérieur unique et en parfait accord avec ses goûts, ce type d’ouvrages se trouvant, en outre, simplifiés, aujourd’hui, par le recours éventuel à des pochoirs aux motifs toujours plus surprenants.