Archive for the ‘Revetements des sols’ Category

Poser des tomettes sur une chape a l’ancienne

dimanche, août 14th, 2011

Ayant regagné aujourd’hui leurs lettres de noblesse, les tomettes sont désormais perçues comme un élément de décoration particulièrement important pour donner une ambiance traditionnelle à une habitation. Pouvant provenir de la récupération d’anciens matériaux ou bien encore être neuves, les tomettes se posent de différentes manières, la plus anciennement utilisée et aussi la plus écologique étant toutefois la pose sur un lit de sable.

Avant toute autre opération, dans le cas où les tomettes proviennent d’une ancienne construction, il convient alors de procéder à leur nettoyage, afin de s’assurer du bon résultat final, étape pour laquelle il convient de laisser tremper celles-ci durant environ une semaine dans une dilution à 5 % d’acide chlorhydrique pour les nettoyer ensuite à l’aide d’un chiffon et vérifier leur bon état.

Une fois ce travail terminé, il faut alors préparer le sol pour la pose à proprement parler, cette opération nécessitant alors l’installation de tasseaux de bois, destinés à guider la règle de maçon afin de déposer une couche, composée 75 % de sable et de 25 % de chaux, parfaitement horizontale, d’environ trois centimètres d’épaisseur.

Lorsque cette base est prête, il convient alors de procéder à l’installation des tomettes nécessitant de mettre en place une surface d’un mètre carré de ce matériau avant d’en contrôler le niveau, les tomettes dépassant pouvant être alors ajustées à l’aide d’un maillet en caoutchouc, avant de procéder au blocage de celles-ci, en tapotant sur l’ensemble toujours à l’aide de ce même instrument.

Des joints doivent ensuite venir solidariser chacun des carreaux, les uns aux autres. Composé d’un seau de sable tamisé et de trois poignées de chaux, ce mélange de jointoiement, réparti sur toute la surface et arrosé à raison de deux litres d’eau par mètre carré, doit être nettoyé à l’aide d’une éponge en veillant bien à ce que celui-ci pénètre dans tous les interstices, l’opération s’achevant par trois autres passages de serpillière.

Afin de procurer une certaine protection au revêtement ainsi réalisé, il est aussi possible de procéder, une fois celui-ci complètement sec, à l’application d’un imperméabilisant.

Réaliser soi-même la pose d’un parquet flottant

lundi, avril 18th, 2011

Particulièrement appréciés des décorateurs ces dernières années, les revêtements de sol stratifiés connaissent, aujourd’hui, un grand succès, notamment, grâce à la grande imagination dont font preuve les fabricants, pour proposer des motifs toujours plus variés, offrant ainsi, à tous, la possibilité de trouver le matériau adapté à leurs besoins de décoration. En plus de ces avantages, la pose de ces matériaux se révèlent être tout à fait abordable même pour les non initiés.

Avant l’entreprise de tels travaux, il convient toutefois de procéder, tout d’abord, au nettoyage du support, avant de mettre en place un film de protection, permettant ainsi de garantir, au futur revêtement, une certaine protection contre l’humidité.

Une fois cette opération réalisée, il est alors nécessaire de commencer par placer des cales le long du mur, en veillant à laisser un espacement sur l’ensemble du pourtour de la pièce, compris entre cinq et huit millimètres, pour que le revêtement puisse se dilater sans problème une fois celui-ci mis en place. Le moment vient ensuite de poser les lames elles-mêmes, comme indiqué par le fabricant, tout en vérifiant régulièrement l’alignement des éléments nouvellement installés.

Lors de cette étape, il peut arriver que les planches les plus proches du mur opposé au point de départ se révèlent être particulièrement difficiles à emboîter du fait du peu d’espace disponible, un tire-lames peut alors être utilisé pour faciliter cette insertion.

Lorsque l’ensemble de la pose est achevé, il faut alors retirer les cales placées autour du revêtement de sol nouvellement posé et installer des plinthes en vue d’offrir une meilleure finition, celles-ci dissimulant ainsi l’espace de dilatation laissé le long des murs.

Comment retirer de la moquette ?

samedi, avril 2nd, 2011

Selon le support sur lequel elle a été collée, la moquette peut être plus ou moins difficile à retirer, quelques conseils peuvent cependant aider à cette démarche et permettre de gagner un temps précieux dans l’avancée de ces travaux. Ne nécessitant que peu d’outils, représentés par un cutter, un grattoir et une décolleuse, ou une lessive du type Saint-Marc, enlever de la moquette requiert de suivre certaines étapes afin de se simplifier la tâche.

Il convient donc, dans un premier temps, d’effectuer des découpes permettant d’ôter le revêtement par bandes et de l’arracher en passant, au préalable, la décolleuse, afin de ramollir la colle, dans le cas où celle-ci résisterait.

Lorsque les bandes ont toutes été retirées, il est alors temps d’enlever la colle, à l’aide d’un grattoir, et, si cet outil ne suffit pas, il est, à ce moment-là, tout à fait indiqué de diluer de la lessive dans un volume d’eau important et d’en tremper le sol, de laisser agir cette solution pour revenir une trentaine de minutes plus tard et pouvoir enfin le débarrasser de tous résidus inappropriés.

Des décolleuses à moquette à lame, utilisables en position debout, qu’il est aussi possible de louer, auprès de professionnels, peuvent, pour les cas les plus difficiles, être également d’une aide précieuse, malgré leur caractère extrêmement bruyant.

Opération délicate, ce genre de travaux nécessite généralement d’y consacrer beaucoup de temps et requiert, pour certains supports, et selon les produits utilisés, du matériel habituellement réservé aux professionnels et réellement plus efficace.

Préparer un sol pour la pose de carrelage

dimanche, mars 13th, 2011

Lors de la réalisation de travaux, la pose de carrelage peut être rendue nécessaire. Pouvant entraîner quelques difficultés, cette tâche peut toutefois se trouver grandement simplifiée par une bonne préparation du support, raison pour laquelle chaque étape doit être effectuée avec méthode et minutie pour obtenir le meilleur résultat possible.

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, il convient donc, tout d’abord, de vérifier l’état de la dalle sur laquelle aura lieu la pose, celle-ci pouvant notamment comporter quelques fissures, irrégularités, ou encore des différences de niveau, qu’il est important de prendre en compte lors de la préparation du sol. En effet, si certaines imperfections, minimes, n’impliquent pas de problème particulier, d’autres peuvent rendre indispensable la réalisation d’une chape de ragréage. Réalisée à l’aide d’un enduit auto-lissant, cette couche de deux à cinq centimètres d’épaisseur, permet ainsi de bénéficier d’une surface plane, rendant la pose du carrelage beaucoup plus aisée.

Une fois la vérification de la dalle effectuée, le moment est venu de procéder à son nettoyage, permettant ainsi d’assurer l’adhérence de la colle sur la surface. Cette étape peut alors être réalisée à l’aide d’une serpillière humide et complétée, une fois le support sec, par le passage d’un aspirateur afin d’enlever le maximum de poussière, une sous-couche d’accrochage, appliquée avec un rouleau à poils courts, pouvant également venir améliorer encore davantage la préparation du support, en permettant ainsi de fournir, à la colle, une adhérence maximale, pour une bonne stabilité de la pose dans le temps.

Réaliser la pose d’un revêtement de sol en PVC

samedi, mars 12th, 2011

Ayant beaucoup évolués ces dernières années, les revêtements de sol en PVC proposent aujourd’hui une grande diversité et un certain nombre d’avantages, leur permettant de se présenter désormais comme la solution idéale pour les amateurs de décoration, qui trouvent, parmi les nombreux produits proposés, un choix particulièrement étendu, les plus bricoleurs d’entre eux pouvant même procéder, eux-mêmes, à la pose, leur mise en place se révélant être assez simple.

Afin de réaliser les travaux dans les meilleures conditions, il convient, tout d’abord, d’effectuer quelques opérations préparatoires, comme le nettoyage de la surface prévue pour accueillir ce nouveau revêtement, une fois cette étape terminée et le sol complètement sec, il est alors possible de passer à la pose elle-même, celle-ci pouvant être accomplie sans recourir au moindre produit de fixation, cette méthode étant qualifiée de pose libre, dans la mesure où le revêtement est simplement déroulé et coupé aux dimensions de la pièce.

Convenant parfaitement aux petites surfaces, la pose libre ne peut cependant pas être utilisée dans les pièces les plus grandes, le revêtement nécessitant alors d’être fixé au sol, généralement au moyen d’un adhésif double face, avec lequel il convient de quadriller la pièce avant de procéder à la pose, ou encore à l’aide de colle, celle-ci devant être, dans ce cas-là, répartie sur l’ensemble de la surface à équiper.

Pour faciliter ces travaux, quels que soient les produits utilisés, le revêtement ne doit être déroulé que sur une moitié de la surface, permettant ainsi de procéder à l’encollage de l’espace ainsi libéré avant d’effectuer la même opération pour la partie restante.

Réaliser une allée de graviers

dimanche, février 20th, 2011

Créer une allée de graviers est une solution, à la fois, simple et efficace, tout en restant finalement peu coûteuse, pour un rendu optimal. La réalisation d’un tel ouvrage demande cependant du temps pour sa mise en œuvre et, même si les travaux ne sont pas particulièrement difficiles à réaliser, différentes étapes doivent être suivies scrupuleusement pour mener à bien ce projet.

La première chose à faire est donc, tout d’abord, de matérialiser l’emplacement de l’allée au moyen de piquets et de cordeaux, pour pouvoir creuser celle-ci sur une profondeur d’une quinzaine de centimètres. L’installation d’un coffrage en bois, sur tout le pourtour de l’allée, permet ensuite de définir les limites de celle-ci, au fond de laquelle doit être versé du désherbant, auquel peut venir s’ajouter la pose d’un film géotextile, pour éviter la pousse de l’herbe, puis une couche de ballast d’une épaisseur de dix centimètres recouverte, elle-même, par un centimètre de sable, étalé à l’aide d’un râteau, sur laquelle seront versés cinq centimètres de graviers, tassés avec un rouleau.

Une fois cette longue préparation terminée, la finition d’effectue au moyen d’une couche fine de gravillons, toujours nivelée grâce au rouleau, afin que l’allée soit à la même hauteur que le jardin.

Facile à entretenir, à condition de l’arroser régulièrement de désherbant, pour ne pas la voir disparaître sous un tapis d’herbe, l’allée de graviers offre un rendu naturel et esthétique, pour un prix abordable, garantissant de beaux chemins d’accès à une habitation ou à un jardin, par exemple.