Archive for the ‘Portes & fenetres’ Category

Installer un judas de porte

samedi, août 20th, 2011

Le fait d’ouvrir une porte d’entrée, sans savoir qui se trouve derrière, représente un certain risque, l’installation d’un judas de porte peut alors tout à fait remédier à ce genre de problèmes, celui-ci permettant de voir la personne qui a frappé, avant de la laisser entrer. La mise en place de ce dispositif est assez simple et ne requiert pas de compétences particulières.

S’adaptant, en effet, à toutes les épaisseurs de portes, ceux-ci pouvant aller de 25 à 85 millimètres, les judas permettent également de choisir l’angle de vision souhaité, entre les quatre différents proposés, 132°, 160°, 180° ou encore 200°.

Une fois choisi, celui-ci peut alors être posé, au milieu de la porte et à une hauteur adaptée à chacun des occupants du logement. Il convient ainsi, après avoir marqué l’emplacement exact, de percer le support, de part en part, à l’aide d’une perceuse équipée d’un foret de 12 à 13 millimètres de diamètre, en prenant soin, dès lors que la mèche commence à apparaître de l’autre côté, de terminer le perçage dans l’autre sens, afin de ne pas endommager le bois en le faisant éclater.

La première partie du cylindre du judas peut enfin être introduite dans le trou ainsi créé tandis que la seconde vient se visser dessus, à la main tout d’abord, puis au moyen d’un gros tournevis plat pour finir le serrage, sans trop forcer toutefois. Cette dernière étape nécessite, bien entendu, d’avoir préalablement repéré le sens de vision pour pouvoir utiliser cet accessoire dans de bonnes conditions.

Poser une serrure multipoints

mardi, août 9th, 2011

Permettant d’améliorer la protection contre les tentatives d’effraction, l’installation d’une serrure multipoints, requiert un peu de travail, même si sa mise en place ne présente pas de caractère véritablement complexe.

Il convient donc, dans un premier temps, de dégonder la porte, pour la placer, en position horizontale, sur des tréteaux, simplifiant ainsi grandement la tâche, avant de procéder au démontage de l’ancien équipement, en ôtant la vis qui maintient le barillet, ainsi que les deux fixations de la serrure.

L’installation du nouvel appareillage peut alors débuter par le repérage des trous à réaliser, en veillant alors à ce que l’axe du carré soit situé à 1,05 mètre du sol. Une fois les mesures prises, le perçage de l’emplacement du canon peut être réalisé au moyen d’une scie cloche du diamètre adéquat. Présentée sur la porte, la têtière doit alors voir son contour dessiné au crayon, afin de connaître la portion à creuser sur une profondeur de trois millimètres et l’endroit des quatre nouveaux trous à percer.

Mise en place sans être fixée, la serrure peut alors faire l’objet de tous les réglages nécessaires avant que celle-ci ne soit définitivement vissée et que la tringlerie ne soit également posée, depuis le haut, en ajustant, au fur et à mesure, la longueur des tringles, à l’aide d’une scie à métaux.

Lorsque toutes ces étapes sont terminées, la porte peut être remise en place pour marquer l’emplacement des pênes sur le sol et sur l’huisserie, la fermeture de la serrure permettant d’ajuster la position de la gâche inférieure, avant de la bloquer, pour enfin pouvoir installer les deux derniers points.

Comment bien poser une charnière ?

jeudi, juillet 14th, 2011

Lors de la réalisation des différents travaux nécessaires à l’entretien d’une maison, il peut s’avérer être utile de savoir poser une charnière. Bien que restant à la portée de tous, une telle opération est assez délicate à effectuer, dans la mesure où celle-ci requiert une grande minutie, afin d’obtenir le meilleur résultat possible, sans endommager la porte.

Il convient ainsi, dans un premier temps, de veiller à bien sélectionner le type de charnière correspondant parmi la grande diversité des modèles proposés par les fabricants, chacun se révélant être adapté à une utilisation spécifique.

Une fois cette première étape franchie, il est alors temps, pour faciliter l’ensemble des opérations, de réunir un certain nombre d’outils nécessaires à la réalisation de la pose en elle-même, représenté par un mètre, une équerre, un ciseau à bois, un maillet, une perceuse et un tournevis.

Le repérage du futur emplacement des charnières peut ensuite être fait, après le calage de la porte, au centre de son encadrement, pour effectuer les marquages les plus précis possibles, à l’aide d’un crayon indiquant ainsi les zones à entailler. Lorsque la porte est équipée de la charnière, la même procédure doit être suivie pour l’encadrement.

Le réglage peut enfin être réalisé, à l’aide d’un tournevis, les autres fixations présentes permettant simplement de bloquer le montage dans la meilleure position, garantissant ainsi un ajustement idéal. Un entretien régulier, tel que le graissage, relativement important, assure ensuite la durabilité de la charnière, en limitant efficacement l’usure.

Calfeutrer au mieux les portes et les fenêtres ?

lundi, avril 18th, 2011

Afin d’améliorer les performances énergétiques de son logement et de limiter au maximum les pertes de calories produites par le chauffage hivernal notamment, et nocives aussi bien pour l’environnement que pour le budget des ménages, il est important de bien veiller à ce que les différentes ouvertures, portes et fenêtres, garantissent la meilleure étanchéité possible. Plusieurs sortes de joints existent alors pour remplir ce rôle.

Collés sur une surface préalablement dépoussiérée et dégraissée avec de l’alcool à brûler, les plus faciles à mettre en place sont représentés par les joints autocollants, composés de mousse polyuréthane ou de PVC, qui permettent de combler, selon leur profil, en forme de E, de P ou de V, des vides de 2 à 5 millimètres.

Extrêmement solides, les joints à clouer, en métal, s’adaptent sur des intervalles irréguliers pouvant aller jusqu’à 6 millimètres. Leur pose s’effectue, quant à elle, à l’aide d’une pince coupante afin de les ajuster à la bonne dimension, et de clous pour les fixer, pour une durée généralement relativement longue, ceux-ci offrant, en effet, une bonne résistance aux déformations.

Viennent ensuite les joints moulés. Plus difficiles à installer, le mastic de ceux-ci s’adapte, en revanche, parfaitement à tous les interstices, aussi irréguliers qu’ils soient. Nécessitant également une surface propre puis l’application d’une primaire, le cordon de produit peut ensuite être déposé, avant d’être couvert par la bande de démoulage, sur lequel l’ouverture doit ensuite être refermée, pendant un minimum de vingt-quatre heures, afin de donner la forme au joint et permettre le retrait du moule.

Le bas des portes peut aussi être équipé de baguettes en aluminium ou en PVC, assurant ainsi une protection optimale contre toutes les entrées d’air, un simple boudin en tissu, à agrafer ou à clouer, pouvant également remplir efficacement ce rôle.

Pose d’une fenêtre double vitrage

lundi, février 28th, 2011

Devenues particulièrement intéressantes, ces dernières années, en raison de l’augmentation des dépenses liées à l’énergie ainsi que de la lutte contre le réchauffement climatique, les fenêtres à double vitrage offrent, en effet, la possibilité de réaliser relativement facilement des économies substantielles, par le gain d’isolation qu’elles procurent. Si le changement de fenêtres peut apparaître comme une opération lourde, il n’en est rien puisque, dans la majorité des cas, il est possible de conserver le châssis déjà en place.

Afin d’effectuer le changement, il convient tout d’abord de procéder à la prise des mesures du cadre, permettant ainsi de disposer des informations nécessaires à la réalisation des nouvelles fenêtres. Pour bénéficier du meilleur résultat possible, cette opération doit être réalisée avec minutie, celle-ci se révélant être tout à fait déterminante pour le rendu final. Dans le but de simplifier cette étape, un certain nombre de fabricants proposent des fiches de mesures, spécialement prévues pour rassembler l’ensemble des cotes nécessaires sur un seul document, sans faire d’oublis.

Une fois les nouvelles fenêtres réalisées aux dimensions de l’ancien châssis, il est alors temps de passer à la pose en elle-même, après s’être assuré que les pièces fabriquées s’adaptent bien à la taille de l’installation déjà présente, le travail se poursuivant ensuite par la fixation du nouvel encadrement, préalablement centré et maintenu au moyen de cales triangulaires, par le rebouchage des éventuels interstices, à l’aide de mastic, et par la mise en place des nouveaux vantaux, afin de profiter désormais du confort apporté par le double vitrage.

Installer une fenêtre de toit

lundi, février 28th, 2011

Contribuant à donner un aspect chaleureux à une pièce, les fenêtres de toit sont particulièrement appréciées. Leur installation se révèle être cependant assez délicate et demande d’y consacrer beaucoup de temps.

Il convient, en effet, tout d’abord, de déterminer l’emplacement de ce nouvel équipement, en fonction de la configuration des combles et de la luminosité souhaitée. Une fois les dimensions choisies, il est alors nécessaire de découper l’isolation présente à l’intérieur du toit puis de retirer, de l’extérieur, les éléments de couverture, ainsi que les chevrons et les liteaux, permettant de dégager l’espace requis.

Vient ensuite le moment de la pose, elle-même, qui, facilitée par la séparation du châssis et de la fenêtre, doit également être réalisée, dans un premier temps, de l’extérieur, par la fixation des équerres sur les chevrons et l’installation d’un dispositif d’étanchéité, recouvert lui-même par les baguettes prévues à cet effet.

La fenêtre peut ensuite être replacée sur son châssis, avant que l’encadrement ne soit vissé et l’isolation remise en place tout autour. Habillée d’un store ou bien encore d’un rideau, maintenus par des tringles conçues pour ce genre d’équipements, celle-ci offre un décor idéal à une pièce toujours plus agréable à vivre.

Pour les logements en copropriété, il s’avère être, en revanche, indispensable, avant d’entreprendre de tels travaux, de vérifier qu’un tel aménagement est bien autorisé, celui-ci devant, dans tous les cas, faire l’objet, du fait des modifications apportées à l’aspect du bâtiment, d’une déclaration de travaux auprès de la mairie de la commune concernée.