Archive for the ‘Outillage’ Category

Les outils indispensables à vos travaux de bricolage

mardi, septembre 17th, 2013

L’été est là et vous avez très envie de bricoler chez vous. Quoi de plus normal ? Il fait beau, vous avez pris quelques jours de congés et vous pensez sérieusement à refaire votre terrasse pour y accueillir vos amis et partager un barbecue avec eux.

Les outils indispensables aux travaux quotidiens

Un marteau, des tournevis, des clés et une pince sont au minimum ce que vous devez avoir chez vous. Si vous n’êtes pas un grand adepte du bricolage, le marteau usuel de mécanicien devrait faire l’affaire, à moins que vous ayez prévu d’abattre un mur, auquel cas il est préférable d’utiliser une masse !

Pour tous vos travaux en rapport à l’électricité, il vous faut impérativement un tournevis isolant. Vous pouvez l’acheter avec un jeu d’embouts (type et taille différents) vous permettant d’alterner selon vos besoins.

Une pince coupante et une pince multiprise (type tenaille) viendront compléter votre boite à outils pour venir à bout du clou enfoncé de travers ou couper un fil électrique trop long.

En plus de cet outillage de première nécessité, n’oubliez pas que vous aurez forcément besoin également de pointes, de vis, d’un mètre et d’un niveau. Prenez des pointes et des vis de taille et de grosseur différentes afin d’être sûr d’avoir le bon calibre.

Les outils plus techniques

Vous visez beaucoup plus loin que la simple réparation de tuyau qui fuit ? Dans ce cas, pensez au marteau perforateur qui vous permettra de venir à bout de la pierre, de la brique ou du béton.

La perceuse visseuse est également un allié non négligeable, surtout pour les personnes qui n’ont pas trop l’habitude de bricoler. En un tour de main, vous aurez terminé vos travaux sans même avoir eu le temps de souffler !

Pour ceux qui veulent donner un coup de neuf à leur maison, il existe également d’autres outils tels que la décolleuse permettant d’ôter le vieux papier peint à fleurs du salon. Vous pourrez ensuite repeindre vos murs aux nouvelles couleurs tendance, en utilisant un pistolet à peinture.

Enfin, une scie sauteuse vous fera gagner un temps précieux lorsqu’il s’agira de couper les lames du revêtement stratifié de couleur chêne blanchi que vous venez d’acheter pour votre salon.

Dernière recommandation avant le début des travaux : n’oubliez pas que la meilleure caisse à outils du parfait bricoleur est celle qu’il se constitue lui-même. Allez en magasin, prenez les objets dans vos mains, testez-les et choisissez ceux qui vous correspondent !

les differents modeles de ponceuses

samedi, juillet 9th, 2011

Facilitant grandement les travaux, la ponceuse électrique peut servir pour de nombreuses surfaces et garantit un rendu impeccable tant sur les planchers que sur les meubles. A bande, vibrante, excentrique ou orbitale, chaque modèle est prévu pour une utilisation bien spécifique.

Ainsi, la ponceuse à bande, est plus souvent sollicitée pour les superficies importantes et notamment pour les planchers. Equipée d’un papier abrasif monté sur un moteur, un mouvement rotatif ponce le support sur lequel l’appareil est passé. S’agissant d’un outil assez lourd, celui-ci risque, s’il n’est pas maîtrisé, de causer des dégâts importants et de creuser le bois, raison pour laquelle il est préférable de le manier avec précaution. Des petits modèles, beaucoup plus légers et facilement maniables, peuvent aussi être utilisés pour les petites surfaces et les endroits difficiles d’accès.

Vient ensuite la ponceuse vibrante pour laquelle le papier abrasif tourne en décrivant une ellipse. Elle présente, par ailleurs, les mêmes caractéristiques que la ponceuse à bande, en restant plus maniable et tout aussi performante.

La ponceuse excentrique suit, quant à elle, un mouvement circulaire et, comme l’indique son nom, excentrique. Elle reste assez souple dans son utilisation et permet de travailler des formes courbes. Mêlant mode vibratoire et mode combiné, selon qu’une pression est exercée ou non sur elle, celle-ci offre une précision inégalée et est aussi adaptée pour le mobilier.

La dernière catégorie, réservée, bien souvent, aux professionnels, même s’il est possible d’en louer, est ici représentée par les ponceuses orbitales qui, dotées d’un tambour rotatif, servent essentiellement pour les planchers.

Quelle peinture pour quel support ?

mardi, juillet 5th, 2011

En matière de peinture, le choix peut s’avérer être difficile tant les solutions offertes sont nombreuses. Plusieurs critères entrent cependant en compte, et tous les produits ne sont pas adaptés à tous les supports.

Ainsi, une peinture acrylique, composée principalement d’eau, de résine et d’un minimum de solvants, peut être appliquée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, le nettoyage des outils se faisant ensuite à l’eau. Facile à utiliser, celle-ci présente aussi l’avantage d’être sans odeur, de sécher rapidement et d’être proposée dans une gamme de couleurs relativement variée.

La peinture glycérophtalique, à base essentiellement de résine et de solvants, se révèle être assez difficile à mettre en œuvre, présente un temps de séchage relativement long et présente une odeur assez forte, en contrepartie cependant d’un rendu impeccable et d’une résistance exemplaire.

Ces produits, généralement polluants, ont également été déclinés en peinture écologique, ne comprenant donc aucun métal lourd, comme le plomb ou le mercure, et laissant respirer le support. Porteuses de l’Eco Label Européen, elles assurent ainsi un meilleur respect de l’environnement.

La dernière catégorie est représentée par la peinture à la chaux. Constituée de chaux éteinte, de gomme naturelle, de craie et de caséine, il s’agit également d’un revêtement écologique. Sans résine ni solvants, les pigments qui la composent ne lui permettent, en revanche, que de prendre un aspect mat, pour un rendu toutefois aussi bien rustique que moderne.

Embellissant aussi bien les murs que le plafond, la peinture est aujourd’hui largement utilisée et permet de réaliser différents effets pour s’adapter à toutes les décorations.

Quels clous pour quels travaux ?

samedi, mai 28th, 2011

S’aventurer dans le rayon quincaillerie d’un magasin de bricolage peut très vite devenir, pour les non initiés, un véritable casse-tête, celui-ci regorgeant, en effet, de clous et vis en tous genres, tous adaptés à la réalisation d’une tâche particulière, et disponibles en différentes tailles. Il est ainsi possible de différencier pas moins de neuf variétés de clous, qu’il convient d’adapter en fonction du type de travaux à réaliser.

Forme la plus connue du grand public, le clou à tête plate reste le plus utilisé pour la réalisation d’assemblage de pièces de bois, les clous à tête d’homme, aussi appelés clous à finir, sont, eux aussi, employés pour réaliser certains assemblages de décoration et présentent la particularité de pouvoir être dissimulés dans le bois. Les clous à tête large, reprenant, pour leur part, la même forme, restent destinés à la réalisation de travaux de couverture et servent notamment à fixer les plaques d’ardoise, tandis que les clous cavaliers, prenant généralement la forme d’un U, peuvent être utilisés pour la fixation d’un fil, comme, par exemple, lors de la réalisation d’une clôture.

La fixation de certaines charges peut aussi être réalisée à l’aide de clous, pour ceci il peut s’avérer être nécessaire de recourir aux clous X, permettant alors de fixer des éléments de décoration tels que des cadres ou des tableaux, certains supports pouvant aussi requérir l’utilisation de clous plus spécifiques, c’est ainsi le cas notamment du béton ou encore du plâtre, dont les caractéristiques nécessitent des formes de clous adaptées. L’élément à fixer peut lui aussi contraindre au recours à des formes spécifiques de clous, à l’image des vitres et miroirs, pour lesquels il convient d’utiliser des clous de vitrier.

Enfin, une large variété de clous décoratifs a aussi été développée par les fabricants, permettant ainsi à tous d’adapter ceux-ci à leurs goûts.

Les bons outils pour les travaux de maçonnerie

samedi, mai 28th, 2011

La réalisation de travaux de maçonnerie s’avère être, bien souvent, une tâche délicate pour un grand nombre de personnes, du fait notamment du manque d’outils adaptés en sa possession ; la réussite d’une telle entreprise reposant, en effet, sur l’utilisation du bon matériel, permettant ainsi de réaliser l’ensemble des opérations dans les meilleures conditions.

Afin d’obtenir le résultat le plus précis possible, la première opération à effectuer consiste à prendre les mesures et à procéder aux vérifications nécessaires ; tâches pour lesquelles il peut être utile de se procurer un certain nombre d’outils, représentés ici par un niveau à bulles, afin de contrôler la rectitude de la construction, un fil à plomb, pour s’assurer de la verticalité de la réalisation, et enfin une équerre, permettant de réaliser des angles droits.

La préparation des différents éléments nécessaires à la réalisation de l’assemblage requiert, quant à elle, également l’utilisation de certains outils particuliers, qu’il convient aussi de se procurer, tels qu’un seau, permettant de mesurer et de transporter les différents ingrédients entrant dans la composition du ciment et du mortier, une auge, récipient en plastique réservé à la réalisation des différents mélanges nécessaires, et une brouette, pour acheminer plus aisément les matériaux jusqu’à leur lieu de pose.

La réalisation des travaux à proprement parler nécessite, quant à elle, l’utilisation d’autres outils particuliers, comme une taloche, permettant le transport du mortier juste avant son utilisation, une truelle, pour procéder à l’application de celui-ci, et un couteau de peintre, afin d’effectuer des gestes plus précis, certains chantiers exigeant aussi l’utilisation d’une massette et d’un burin pour la démolition d’éléments préexistants.

Bien que non indispensable à la réalisation de travaux de maçonnerie, une bétonnière peut également s’avérer être particulièrement utile lorsqu’une grande quantité de béton ou de ciment doit être préparée, dans la mesure où cette tâche se révèle être extrêmement pénible.

Comment installer une girouette ?

samedi, mai 21st, 2011

Objet décoratif, installé, le plus fréquemment, sur un toit, permettant de connaître la direction du vent, la girouette peut se révéler être un élément de décoration et d’information particulièrement utile. La pose de celle-ci est d’autant plus facile à réaliser, que celle-ci peut être réalisée aussi bien sur une cheminée, que sur une construction annexe à l’habitation, permettant alors, dans ce dernier cas, de prendre connaissance des indications fournies par celle-ci, sans sortir de chez soi. Afin de conserver toute l’efficacité de ce dispositif, il reste cependant préférable d’installer celui-ci à un minimum de trois mètres du sol, dans un endroit dégagé.

Afin de réaliser les travaux nécessaires à sa mise en place, il est alors nécessaire de se munir non seulement de la girouette elle-même, accompagnée de son mât, mais aussi d’une perceuse, d’un niveau à bulle et d’une cartouche de joint en silicone. Exigeant, dans la plupart des cas, de monter sur le toit de la construction sur laquelle la pose est effectuée, il est important également de prendre toutes les précautions requises lors de telles opérations.

Une fois que l’ensemble des conditions de sécurité sont réunies, l’installation en elle-même peut commencer par le perçage un trou d’une profondeur d’au moins 15 cm et d’un diamètre légèrement supérieur à celui du mât de la girouette, afin que celui-ci trouve sa place sans difficulté. Fixé, enfin, conformément aux instructions délivrées, tout en veillant à sa verticalité, grâce au niveau à bulle, le mât doit ensuite se voir appliquer un joint, à sa base, à l’endroit où il entre dans la toiture, afin d’éviter toute infiltration.